Minha cidade

Ce soir.

Je traverse des rues qui ne se ressemblent pas, des feuilles volent, vent tropical, à l’angle un homme courbé qui joue de l’accordéon, il n’a plus de dents mais il a de belles mains. Un chapeau râpé.

Je marche…

Le ciel annonçant l’orage s’empourpre et devient nuit, puis par au-delà les nuages entassés s’élève une lumière dorée qui fait jouer ses rayons sur les façades dispersées. La ville. La ville que j’aperçois depuis les hauteurs du pont où j’avance lentement.

C’est un cri, un champs de grandes tours comme de longs arbres immobiles, retenant depuis l’aube leur respiration, et à leurs pieds de minuscules cabanes, des fleurs, des champignons au milieu des hautes tiges de pierre et d’acier. La ville est un jardin, c’est magnifique et troublant à la fois, je surplombe un décor qui me semble, dans cette lumière irréelle, n’être qu’une cité miniature où viendraient jouer les enfants.

Pousser du bout de l’index une toute petite fenêtre, briser d’un souffle les branches des arbres si menus…

D’où je viens, où je suis?

Solitude. Solitude poignard qui danse et se recourbe dans l’âme, alors que je tangue sur le pont, suspendue entre l’ombre du ciel et le champs de la ville. Je voudrais qu’on m’écrive, qu’on m’envoie papillons, oiseaux de papiers et missives en bouteille. Je voudrais que l’océan tout entier, Atlantique, entre lui aussi dans cette petite bouteille, trempe le papier, trempe l’encre, fasse déborder les lettres et cesse alors de séparer nos continents. Je voudrais vous voir. Voyager sans partir, sans sentir chaque fois les liens que l’on a tout juste recousus craquer lorsque l’avion décolle et que la terre s’éloigne.
I miss you

Et c’est comme si je ne venais de nulle part.

Lui, quand il me parle de Lyon, tout est poème et transports,  je vois ses yeux débordant de l’eau du Rhône, de pavés, de ruelles, je vois le rose des murs et la silhouette élancée de Fourvière.

Il peut être ailleurs, cela ne change rien, la rumeur de sa ville natale souvent se mêle au roulement de son cœur. Il sait qu’il reviendra ; indéfectible ce lien qui l’attache à sa terre.

He belongs to this place.

Pero yo no tengo lugar.  Sur mes images souvent il y a des câbles, de longs fils électriques qui s’acheminent et des pelotes nouées. Qui recouvrent un peu le ciel. Voilà, voilà ce qui je cherche au hasard des rues, des pays, des presqu’îles, je tisse ensemble ce que je trouve, les hasards et les violences, les espoirs légers et les rires des autres, je les entoure de ces immenses ficelles, je marche dessus et je tombe, je me relève et puis retombe parce qu’après tout ça je ne sais pas, où est le centre, mon centre, comment on trouve l’équilibre et comment on avance, un deux trois ein zwei drei, je tente un peu de me coudre aux cieux des autres, de fil en fil ça se tricote, se rafistole tout ça, le passé fait un peu moins mal quand on le rapièce avec des bribes de paysages. Et puis c’est beau ici.

Je marche encore sous les cordes noires. Le sol pousse le béton d’un gris pâle, qui meurt en infini craquellement. Une brèche. On voit la terre et je la jette en poignée sur mes pieds nus, je m’enfonce dans la boue jusqu’aux chevilles, il pleut, ça ne fait rien, ma peau soudain brunit un peu, les racines des arbres s’attachent à moi, je m’attache au ciel tendre de São Paulo et à sa lumière changeante, les arbres sont mes racines.

C’est ma ville. Ma maison. Je veux rester ici un peu : j’ai vidé mon sac et je l’ai rangé sous le lit.

J’ai vidé l’air de mes poumons, longuement.

Et respiré.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s