Danse !

°

Tous les lundis depuis mon arrivée, je vais à un cours de danse africaine. Deux heures intenses, pieds nus, où doucement l’on laisse se distiller en soi le rythme des Orixás.

Danser. Les muscles à l’intérieur ces arcs qui se tendent, c’est rouge et puis c’est souple ça nous tire en dessous.

Debout. C’est debout que tu danses, la verticale jetée point barre, pieds nus. Le sol ne bougera pas même si tu tombes, la terre en dessous à jamais t’accueille si tu t’égares.

Tu danses et c’est le monde qui entre en toi, en démesure et notes blanches, avec ses lacs son ciel sa ronde ses habitants, c’est de l’écorce sous la tienne de peau, qui se tend et résonne.

Et ça vibre partout en toi, le tambour te cogne, tu ne sais plus ce qui est au-delà de ton corps et ce qui est dedans, tu danses les yeux fermés, le ventre chaud, les mains ouvertes.

Les premiers pas tu ne respirais pas, la danse t’as redonné le souffle ; inspire, t’es morte, expire. Expire.

Et comme un fleuve, comme un torrent, les émotions déferlent, la musique a brisé le barrage et fait sauter le pont, c’est doux et violent à la fois, tout s’écroule dans ton empire, les chagrins et les promesses foutues en l’air,

Je ne pleurerai pas les blessures d’hier je ne pleurerai pas les blessures d’hier.

L’on se courbe et se déploie, détente vers le ciel, puis l’on  retombe. On danse sous les feuilles et sous la nuit, les musiciens nous entourent, le sol a tremblé et l’on se relève, on danse dans le parc abandonné aux lueurs des réverbères, sans plus penser à rien qu’aux sons graves des tambours.

De la poussière sur les genoux et les pieds déchirés sous la plante. Heureux. Le sang tourbillonne, c’est la vie qui revient à nous, nous qui retournons à la vie, ce sentiment pur et brutal de présence au monde, à ce qui nous entoure.

On danse dans le noir et c’est la forêt qui se referme autour de nous. Sans fléchir, on écoute les battements de peau, de bois, tout ce qui vivre en sons et en secousses, palpitations grandissantes qui nous élève et nous jette au sol, celle de la musique qui ne s’arrête plus, ne s’arrête plus jamais.

°

°

 

Publicités

Une réflexion sur “Danse !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s