Au ciel crevé de São Paulo

Le ciel devenu si noir que dix heures du matin voit revenir la nuit, les portes claquent, tonnerre tonnerre, sur la vitre roulent les larmes gorgées de petites flammes, rouge, ocre, bleu, diamants de pluie qui dévalent sans un murmure la pente verticale, et troublent un peu le paysage muet de la ville sous la tempête.
a2chuvaachuvachuvaaa

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s