Bleu comme le souvenir d’une chute

Ever tried. Ever failed. No matter. Try again. Fail again. Fail better    _ Beckett.

je m’en fiche d’avoir l’air croche, de divaguer un peu, de prendre à rebrousse poil les canons de la fierté, je les ravale mes bêtises, je les pardonne nos erreurs, c’est quoi d’abord la pire connerie  d’aimer trop brut trop tôt trop fort, en grand écart des bras et crampes, crampes à la pompe d’où vient tout ce sang qui irrigue les muscles et fait rebondir, c’est quoi le pire, d’aimer trop ou de s’assécher prématurément comme ça les landes peuplées du coeur, si jeune l’armure se tartiner d’amertume, oeil coulé blasé, pour ne pas souffrir trop, coton con, cotonnade bidon, l’ouate amibe l’ouïe qui n’entend plus les cris de vie, pendant que ça claque sévère dans les miches froides et les étroites poitrines, moi je me bricole une suite possible, j’écris, je dessine, j’envisage l’hiver à venir et l’été des indiens,  douwa, douwaaaa, je fredonne et je cours, je cours, je cours, je roule encore, les jambes tendues à peine assise, et décolle de la selle à chaque pavé manquant, chaque creux de bitume, chaque flaque fripouille, les mains sales et l’âme pleine, je cours, je cours, je roule encore.

a

 

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s