L’orbe sacrée

Parfois j’ai envie d’avoir le corps mince et nerveux, tatoué surtout, une carapace râpeuse et longiligne, une gueule qui n’a peur de rien. Boire, fumer, vivre comme un serpent de nuit, scintillante, écaillée. Sentir contre ma poitrine la lame d’un couteau que je garderai caché, et à chaque mouvement onduler le buste pour éviter la blessure. House musique, deep inside. Ne plus savoir quand le jour commence et quand il faut se lever, danser, danser, mater le blues en priant les bras levés, corps lascifs au cœur d’une longue messe cosmique. Vivre dans l’orbe sacrée des basses répétitives, la musique comme comme un cercle sans fin, les hommes, les filles, les hommes. Modulations organiques qui répondent à leurs chairs, acides, acides et douces sur la langue, pleines et en transe, d’un luxe de peau offerte et de paumes tendues. On danse sous les halos d’une lumière crue et l’aurore ne vient pas, on se laisse éclore pourtant, fondre et naître à quelque chose de neuf. Deep, deep inside.
IMG_2923
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s