Montréal l’hiver

J’aime
Le matin ces longues grappes d’enfants vaporeux
le visage happé par d’immenses écharpes
qui se balancent et glissent sur les trottoirs blancs
Les arabesques du givre
sur les fenêtres closes
Le soleil de l’aube derrière les arbres nus
les gestes étirés et le rauque d’une voix
baisers fruits graines de café
ces ivresses précieuses à l’arrivée du jour
Le murmure de nos pas sur la neige encore fraîche
le secret tiède d’une paume contre la mienne
Ce que change le ciel
la morsure délicate de la brise à -16°C
l’azur, sec et immense, au dessus d’une ville blanche
Les regards irisés là sous les peaux épaisses
Les corps qui ralentissent, chancelants, timorés
cette danse belle et lente, ce ballet, cette neige
Les marches contre le vent
Les dimanches infinis
La musique
La chaleur du foyer, des amis, de leur rire
Sur la feuille un trait d’encre, une forêt, le désir
L’envers d’une couverture ramenée de voyage
le chant de l’eau qui crépite et le parfum du thé
les liasses de poèmes, les carnets et les livres
J’aime
Embrasser la nuit, ce long présent
la douceur d’être ensemble,enlacés, amoureux
les pages chuchotées pour trouver le sommeil

 

Quand les beautés de l’hiver habitent nos heures pleines.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s