L’amour a quatre mains qui dansent

Je vois l’amour comme ça, quatre mains, une écoute dense, soutenue, la note manquante au bout de ta phalange, une mélodie dont les respirations laissent pleinement à l’autre la place de jouer.

Improviser : être suspendu aux variations subtiles du parcours, pour poursuivre ce que l’un commence, et ouvrir, ouvrir à plus de possibles et à des égarements, en double, ensemble, enivrés sans être fous, liés sans se couper l’air ou l’horizon sous les pieds, marcher encore, se porter, se porter d’un élan déraisonnable et beau, juste, au delà ce que que l’on pensait connaître.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s