Dix ans après

Il y a une décennie entière, j’atteignais le seuil symbolique de 18 ans. J’avais alors écrit un texte sur l’enfance qui s’amenuise et qu’on doit cultiver : je me souviens d’une longue métaphore à propos d’un pont qu’il fallait traverser, entre deux terres reliées à jamais par la force d’un fleuve. Impossible de le retrouver, mon vieux blog d’adolescente ayant mystérieusement été avalé par la grande stratosphère, dans l’un des vastes trous noirs de l’Internet.

Avec mes amies, dans la longue attente froissée des résultats du bac, nous avions noirci ensemble les pages d’un cahier sommairement appelé : « Dix ans après ». Oscillant entre le rire vaporeux et un sérieux peu contenu, nous imaginions, avachies sur un large sofa convertible, les destinées futures de chaque membre de la troupe, anticipant l’avenir avec des lignes chancelantes et des projets grandioses. Une longue hacienda, une revue culturelle, une barque bricolée : chacune aurait c’est certain sa victoire et son royaume, mère et capitaine, fermière compositrice ou comédienne chef de clan. Il y avait derrière ses douces utopies aux allures de légendes, auxquelles il aurait été bien naïf de donner le poids d’un désir lucide, des espoirs distillés et de secrètes vocations. Comme le blog, le cahier s’est perdu, noyé certainement dans la masse de papiers qui occupe les tiroirs de ma chambre natale.

J’ai changé de territoires, d’amours et d’aspirations. Appris quatre langues et demie, dessiné des milliers d’heures, rêvassé plus du triple, rempli des dizaines de carnets et dormi dans des centaines de lits. J’ai avancé, encore et encore, à claques et à cris, joies intenses et poignards maudits, me rapprochant peu à peu de celle que je deviens. De celle que je suis heureuse de devenir, que j’ai choisi de devenir, plus sereine et plus forte à chaque pas.

Certaines choses demeurent : l’élan spontané, la faim du monde, grandissante, la folie que je cultive, et le décalage aussi, puisque ne pas être à ma place est devenu mon palais. Cette absorption profonde de tout ce qui me touche, un désir de dépaysement, des autres, d’apprentissage, d’amour, d’absolu. Assorti étrangement avec la joie du simple, du minuscule, du pas grand-chose, cette capacité à me réjouir des détails et à rester seule de longues heures, à peindre et à me projeter, en silence.

J’ai apprivoisé les lianes, les incertitudes et mes imperfections nombreuses. La route est longue encore, mais si les ornières et les virages m’épuisent, je tourne un peu la tête et reprends mon souffle au creux d’un paysage. Je peine, toujours, à comprendre la loi des rythmes que l’on nous impose, à arriver à l’heure et à ne pas courir dans les couloirs du bureau pour accélérer l’écoulement du jour. Je fais des squats devant le micro-ondes quand mon lunch se réchauffe, m’étire dans l’ascenseur et écris des haïkus sur les toilettes de l’étage. Le temps est une masse souple, fluide, qui se dilate et puis s’allonge. Je me mords les lèvres quand malgré l’imminence d’un rendez-vous à l’autre bout de la ville, j’ai soudain l’idée curieuse de redisposer les meubles du salon ou de faire à l’encre le portrait d’un voisin endormi au balcon. Face à ces impulsions, les urgences de la vie courante deviennent toutes relatives, et il ne me reste plus ensuite qu’à filer à toute allure, pour compenser un peu, rattraper ces échappées, ces parenthèses qui m’emballent et foutent le désordre. .

Mais elle est belle, cette vie dense, cette vie-danse, à quatre jours au bureau soit trois autres pour le reste, les grands projets qui affleurent et les petits que je termine, comblée, joyeuse : l’écriture du livre, les heures lumineuses à l’atelier et les premières cuissons, ce qui se construit doucement et ce qui bourgeonne soudain, les esquisses pour la terrasse et les boutures débordantes, on aura un potager bientôt et les mains dans le bois il fera beau.

Je le savoure, ce présent, un cadeau c’est certain, tendre et intense. Le futur s’évanouit dans les brumes, confondu par tous les possibles qu’il me reste, et pour la première fois depuis bien longtemps cela ne m’inquiète plus. Je ne sais pas où je vais, mais la route est belle, puis les moussaillons sur mon esquive sont des étoiles inspirantes, peuplant de lumière chaque infime morceau de quotidien, alors je n’ai plus peur. Tout ira bien, ici ou ailleurs, et je suis bien, ici et ailleurs.

J’m’en fiche d’être guimauve ou exaltée. Au contraire, je préfère l’ardeur au cynisme, et tant pis pour la mesure. Une amie m’appelait il y a peu « donneuse de joie », et je me dis que c’est bien tout ce qui m’importe, cette allégresse en boomerang, semer comme je peux de la joie, remplir mes enveloppes de longues lettres, d’aquarelles et d’oiseaux, surprendre, offrir, caresser, et récolter chaque jour les fruits de cette dispersion-là, de ce bonheur simple et brute, de l’émotion au bout du fil quand ils ouvrent la boîte.

callenuestra

Publicités

La marche des paysages – Colombie

Premiers rosissements de l’aube pâle, un peu avant l’apparition du soleil il faut prendre la route, sur les chemins de terre cuivrée qui nous mènent au cœur de la Vallée de Cocora. Les immenses palmiers à cire se dressent, gracieux et impériaux, balançant leur chevelure à plus de 50 mètres du sol. Nous partons pour trois jours dans le Parque de los Nevados, pour atteindre la cime du Paramillo del Quindio, à 4750 mètres au dessus des mers. La marche sera longue.

L’on traverse tour à tour des paysages fabuleux : jungles épaisses aux ponts de corde tendus par dessus l’impétueux courant, forêt mythiques où d’entre les épaisses fougères émergent les chants d’invisibles esprits, plateaux parsemés de frailejones, ces étranges fleurs semblables à des cactus, pentes abruptes d’un volcan à la cendre presque orangée, vallées marécageuses aux îles minuscules et fluorescentes, sommets boisés que les volutes de brumes enlacent et découvrent inlassablement…

Le corps souffre, incliné contre les parois, enlisé dans les restes de lave et la boue épaisse, en équilibre précaire sur les passerelles qui sont les seuls liens entre les flans de montagne, mais la vue est si belle, à chaque heure renouvelée on s’extasie sur les métamorphoses du décor, et l’appétit du monde nous pousse à garder le cap, debout, heureux, ensemble,

pas après pas.

 

25886069075_ca77d6c3e9_h.jpg25860091986_ef53928586_o25885989335_8f4ba1a794_o25765250802_2a01279768_o25257309603_afe1ff4825_o25585574280_d2d190a810_o25585552560_aebe1ca74f_o

Ode aux lettres manuscrites

Depuis que mes doigts savent tisser consonnes et voyelles sur les lignes du papier, j’ai toujours envoyé des lettres. Enfant déjà, je récoltais chaque été les adresses de mes complices de vacances, pour ensuite entretenir des mois durant une correspondance griffonnée et attentive, jusqu’à ce que ces liens naïfs s’érodent, vite remplacés par d’autres similaires et tout aussi réjouissants. Certaines de ces relations épistolaires duraient cependant, et peuplaient mon enfance au village d’éclats lumineux, comme autant de mondes possibles et différents, ailleurs.

Plus tard, j’ajoutais à mes courriers les gribouilles quotidiennes, les sachets de thé et les extraits de poèmes que dans mes tiroirs d’internat je veillais à conserver. Lançais un premier projet, « Boite à l’Être », et recevais des semaines durant d’improbables enveloppes pleines de surprises et de longues pages, ravie de ces immersions dans le monde intime et doux de mes nouveaux amis de plume.

L’année suivante, un nouveau projet, « Elles comme Lettres », une histoire de correspondance entre des femmes, de tous les âges, des inconnues s’apprivoisant peu à peu au gré de leurs échanges de papier. Je songe depuis un moment à le relancer : si cela vous intéresse, écrivez-moi!

Depuis mes pays étrangers, adoptés, je continue de confectionner missives et colis pour mes proches dispersés, aimant ce que la lenteur de l’écrit permet, ce qui se tisse et s’entrelace, sans presse, comme si le temps disloqué de nos lettres postales ne laissait subsister que l’essentiel. Apprendre à raconter autre chose, autrement, dessiner aussi, fabriquer des carnets, des bijoux à glisser entre les pages, essayer de faire entrer dans l’enveloppe tout un petit monde, notre monde, avec ses couleurs, sa langue et son esprit.

En février, j’ai envoyé chaque jour une lettre pleine de trésors minuscules à quelqu’un que j’aimais. Formidable expédition que cet accomplissement là, toutes ces pages et ces plis, avec en retour des surprises bien douces exaltant le quotidien : défaite par les longs trajets dans la neige, trouver le soir la boîte de fer pleine n’a pas de prix…

Mes très chers, je continue, je vous écris, et j’espère vos courriers.

noeliaoiseaupotsevaaqua2haiku